Nao Nao

SAM 17 DÉC À 17H, DIM 18 DÉC À 15H & 17H

MISE EN SCÈNE ODILE L'HERMITTE, COMPAGNIE LE VENT DES FORGES

 

 

photo naoh400

THÉÂTRE D'ARGILE MANIPULÉE

TOUT PUBLIC À PARTIR DE 2 ANS / Durée : 30 MIN

TARIF plein 8 € / adhérent 7 € / étudiant 7 € / sortir 5 €

 

Réservez ici

 
Autour du spectacle
LE PETIT JARDIN DE NAO ATELIER PARENTS / ENFANTS
EXPOSITION AUTOUR D’AMÉ GAÏA

 

 

Lorsque Nao glisse dans une flaque de boue, il rit. Lorsqu’il regarde attentivement la surface de l’eau qui pétille, il aperçoit de drôles de petits yeux qui l’invitent à taper, éclabousser, y mettre les mains et les pieds.
C’est défendu Nao ! Oui. Mais c’est tellement bien...
De grandes mains l’attrapent : « Nao, Nao ! Qu’est-ce que tu as encore fait ! ».
Un spectacle tout en argile crue, tendre, rebelle, pour raconter les évasions sensorielles et salissantes du tout petit, pour dire les appétits et les interdits, pour mettre en lumière les émotions de l’adulte aussi, lorsque le «non» se crie.

 


Création / Mise en scène Odile L’Hermitte

Création / Mise en argile Marie Tuffin
Distribution Mariana Caetano, Lili Douard (saison 2013-2014), Christine Defay (à partir de la saison 2014-2015)
Mise en lumière Lionel Meneust
Customisation gradin Guillaume Roudot
Régie spectacle David Griffaut
Diffusion, administration Mathieu Baudet

Coproductions
Festival Prom’nons-nous - 7 centres culturels associés (56), Centre culturel Pôle Sud, Chartres de Bretagne (35), Soutiens Festival Meliscènes, Centre Athéna, Auray (56), Espace Jean Vilar, Ifs (14), Centre culturel, Liffré (35), Scène conventionnée du Piémont Oloronais (64), Communauté de Communes du pays de Moncontour (22), Centre culturel Mosaïque, Collinée (22), Centre culturel V. Hugo, Ploufragan (22), Festival Premiers émois, Dinan (22), Le carré, Scène nationale, Château-Gontier (53), Festival Echappée belle – Blanquefort (33)

La compagnie est subventionnée par la Communauté de communes du Val d’Ille, le Conseil général d’Ille et Vilaine et le Conseil régional de Bretagne.

Photo © Maxime Guidot Dejoux